"

La mort pour prix de la victoire

Monument à la mémoire des footballeurs dans Baniy yarAu cours de la Seconde Guerre mondiale, alors que les troupes nazies occupaient la ville de Kyiv, les joueurs du Dynamo, la fameuse équipe de football de la capitale, eut à affronter une équipe de soldats allemands.

Les autorités militaires se souvenant  de l’adage romain panem et circenses  (du pain et des jeux), avaient eu l’idée d’offrir à leurs troupes et accessoirement à la population un peu de récréation. Elles avaient proposé notamment à d’anciens joueurs de football du Dynamo de Kyiv de se mesurer aux footballeurs allemands au cours d’un championnat, espérant bien divertir les spectateurs et leur montrer la supériorité de la race aryenne.

Une première rencontre eut lieu à l’été 1942. Rassemblés dans une formation dénommée FC Start pour la circonstance, les Ukrainiens, après un début de partie timide, furent galvanisés par les encouragements des Kyiviens et prirent rapidement l’avantage en dépit de leur mauvaise condition physique, conséquence des privations liées à l’occupation. A la fin de la première période, des officiers allemands sommèrent les Ukrainiens de se laisser battre… sous peine d’être abattus. Mais à la reprise du match, ces derniers poursuivirent courageusement leur offensive et l’arbitre dut siffler la fin de la rencontre avant la fin du temps réglementaire alors que les Ukrainiens menaient à 4 contre 1. Les Allemands formèrent une nouvelle équipe mais rien n’y fit et le FC Start remporta à nouveau la victoire. Ils furent alors confrontés à une équipe hongroise qui connut le même sort que la précédente.

Verts de rage (bien que déjà en vert-de-gris…), les Allemands crurent sortir le grand jeu en faisant venir leur meilleure équipe, le Flakelf, invaincue jusqu’alors mais les Übermenschen (« surhommes », suivant la doctrine nazie) bien nourris et entraînés furent également défaits par les valeureux joueurs ukrainiens.

Ayant perdu la face, les Nazis arrêtèrent la plupart des joueurs du FC Start et par la suite, plusieurs d’entre eux furent exécutés dans le ravin du Babyn Yar. De nos jours, un monument  érigé dans le stade du Dynamo de Kyiv rappelle le courage et le sens de l’honneur poussé jusqu’au sacrifice de ces sportifs ukrainiens face à la barbarie de l’occupant.

retour page "Babyi Yar ou le Ravin de la vieille femme"