KALYNA - UN SYMBOLE VIVACE  (par Vasyl Chrin)
la Kalyna ou obier

 

Les signes d’appartenance à des communautés sont vieux comme le monde.  Ils sont souvent inspirés d’animaux mythiques tels le griffon ou réels comme le lion ou le coq qui avant d’être un emblème français mais aussi portugais ou wallon fut lié depuis la haute antiquité et notamment chez les Mésopotamiens au culte solaire. Les végétaux ont également donné naissance à toute une symbolique reposant sur le culte des forces de la nature. On songe à l’arbre de vie présent dans de nombreuses cultures orientales et européennes ou au chêne, symbole quasi universel de longévité.
Certains peuples se sont approprié des symboles végétaux qui leur sont tellement associés qu’on ne s’aviserait pas de les leur disputer. On songe ainsi au chardon des Ecossais, au poireau des Gallois, au trèfle des  Irlandais ou à l’obier des Ukrainiens. Ce dernier étant sans doute le moins connu, nous en dirons quelques mots. 
Le viorne obier de son nom scientifique, ou viburnum opulus pour les latinistes, est un arbuste formant généralement un buisson qui arbore au printemps des fleurs blanches en ombrelles ou en pompons selon les variétés d’où parfois son nom commun de Boule de neige. Il produit également des baies d’un rouge vif. Précisons qu’il existe une variété nord-américaine, le viburnum trilobum ou viorne trilobée.
En ukrainien, il porte le joli nom de kalyna (калина) qui est aussi un prénom féminin.
Outre ses vertus décoratives, médicinales et gustatives, on  consomme ses baies sous forme de gelée. La kalyna s’identifie intimement au peuple ukrainien ainsi qu’en témoignent les chants populaires. Le plus connu s’intitule « L’obier rouge dans la prairie» (Ой у лузі червона калина) et s’est imposé en tant qu’hymne non officiel. Le texte dit à peu près ceci :

Dans la prairie, l’obier rouge a courbé la tête,
Notre glorieuse Ukraine est en peine,
Mais nous  redresserons l’obier rouge
Et nous rendrons la joie à notre Ukraine 


L’identification de l’obier à l’Ukraine a acquis force de symbole,  ce qui n’avait pas échappé aux autorités soviétiques lesquelles avaient mis ce chant à l’index.
Contre vents et marées, le mythe a perduré et demeure vivace de nos jours et si vous apercevez les baies rouges de la  kalyna au détour d’un chemin, ayez donc une pensée pour l’Ukraine éternelle.
retour page "Khreschatyk"  
retour page index
retour page bonus