Métro de Kyiv

 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

Le métro de Kyiv, qui a vu le jour en 1960 se compose de 45 stations réparties sur 3 lignes qui représentent une longueur totale de 59 km. Il mérite amplement sa renommée au vu de ses caractéristiques : sa profondeur peu commune (plus de 100 mètres en sous-sol) et le décor somptueux qu’offrent ses stations.

C’est en 1949 qu’ont commencé les travaux de percement sous la ville de Kyiv dévastée par la guerre. La période est propice à l’exaltation de la victoire toute proche encore, de sorte que les stations sont conçues dans le style impérial stalinien, une manière de symboliser le triomphe de l’Union soviétique sur la machine de guerre allemande.

La station Universitet (Université), la plus représentative de ce style, fait partie de la première ligne et a conservé  les lustres de bronze, les systèmes de ventilations et les marquages graphiques au sol. Les halls des stations Khreshchatyk, Arsenalna, Universitet et Vokzalna sont les plus anciens.

L’architecture de la deuxième ligne est plus sobre, les halls n’étant dotés que de colonnes hormis la conception intéressante de la station « Ploshcha Lva Tolstoho » (place Léon Tolstoï), comparable au plan d’une église.

La troisième ligne est électrifiée. La plus belle station « Zoloti Vorota » illustrant le temps des kniazs (rois), située près des « Zoloti Vorota » (Porte d’Or) est magnifiquement recouverte de mosaïques. La station « Druzhba Narodiv » (Amitié des peuples)  présente une construction en pylônes recouverts de briques, caractéristique des églises de la Rous’. Les stations « Boryspils’ka », « Vyrlytsia » et « Slavutych » sont des exemples du design high-tech alors que la station « Pechers’ka »  rappelle les métros de l’Europe Occidentale.

STATION « ZOLOTI VOROTA »
ou  visite du Kyiv médiéval.
En entrant dans la station, on peut suivre dans le sens des aiguilles d’une montre, l’histoire de Kyiv  du XIe jusqu'au XIIIe siècle. Chaque représentation des personnages  cités plus bas  est accompagnée d’une inscription.
(arc sans inscription)

  •   Silvestre (fin XIe-début XIIe siècle)
  •   Ilarion (XIIe siècle)
  •  (arc sans inscription)
  •   Vsevolod Yaroslavovych  (1077-1093)
  •   Sviatopolk Isiaslavovych   (1093-1113)
  •   Volodymyr Vsevolodovych (1113-1125)
  • (arc sans inscription)
  • Petro Mylonih XIIe siècle
  • Mstyslav Volodymyrovych  (1125-1132)
  • (arc sans inscription )
    • Desiatyna (église) Sofiys’kiy (Sobor)  (Cathédrale Sainte-Sophie)
    • Yaropolk Volodymyrovych  (1132-1146)
    • Vsevolod Ol’hovych  (1139-1146)
    • (église) Spasa na Berestovi (Saint Sauveur du Berestove)  
    • Kyrylivs’ka  (église)
    • Iziaslav Mstyslavych  (1146-1154)
    • Rostyslav Mstyslavych  (1154-1167)
  •  (arc sans inscription)
    • Roman Rostyslavovych (1171-1176)
    • Sviatoslav Vsevolodovych (1154-1194)
  • (arc sans inscription )
    • Riuryk Rostyslavovych  (1173-1210)
    • Mstyslav Romanovych  (1212-1223)
  • (arc sans inscription)
    • Volodymyr Riurykovych (1223-1238)
    • Danylo Romanovych      (1238-1240)

INSOLITE : « GLOIRE A L’UKRAINE »  

Sur la frise en mosaïque,  près de l’escalator ascendant, on pouvait naguère apercevoir une inscription « Gloire à l’Ukraine ». De nos jours, il est presque impossible de la remarquer mais elle est demeurée visible pendant quelques années après l’ouverture de la station. Il faut souligner que lors de la construction de cette station, l’Ukraine était loin d’être sortie du giron soviétique et l’affirmation à caractère patriotique « Gloire à l’Ukraine » était considérée comme antisoviétique et son usage pouvait entraîner des représailles.

 

 

retour